Actualités de la Recherche en histoire visuelle

 

ARHV devient "L'Atelier des icônes"

image Ouvert en octobre 2005, le blog Actualités de la recherche en histoire visuelle referme ses portes quatre ans et 1001 billets plus tard. Je remercie tous ses participants, auteurs, commentateurs et lecteurs, pour avoir permis cette belle aventure, laboratoire sans pareil pour mes travaux et réflexions en matière d'édition, de recherche ou de pédagogie (voir notamment: "Why blog?" et "Peut-on parler politique sur un blog scientifique?"). ARHV verra ses commentaires définitivement fermés dans un mois, mais restera disponible en ligne, comme une archive désormais passive.

Le "séminaire permanent" ne s'interrompt pas pour autant. L'expérience se poursuit sur deux nouveaux blogs: L'Atelier des icônes, pour les travaux spécialisés, et Totem, bloc-notes qui reprendra les formats plus légers du défunt Flipbook (avec un flux agrégeant les deux sources MàJ: nouveau carnet: L'image sociale). Le motif initial de cette migration était de pouvoir bénéficier et faire bénéficier mes lecteurs d'une interface plus récente que mon bon vieux DotClear 1.2.5 (j'adresse ici un amical salut à Kozlika, qui guida mes premiers pas dans l'univers 2.0, ainsi que mes plus sincères remerciements à l'équipe DC pour avoir mis à notre disposition un bel outil, solide et sûr, que je n'ai jamais pris en défaut). Ce souhait ayant croisé d'autres projets de développement éditorial, ces deux blogs intègrent la nouvelle plate-forme Culture Visuelle. Présentés dans une version encore très évolutive, ils subiront de nombreuses modifications d'ici la fin de l'année. Merci à ceux qui le souhaitent d'essuyer les plâtres avec moi.

Les dossiers d'ARHV

Entre 2005 et 2009, le blog Actualités de la recherche en histoire visuelle a publié un millier de billets (tous accessibles sous la rubrique "Archives"). Pour faciliter les recherches du lecteur, la liste ci-dessous présente une sélection des articles les plus représentatifs, regroupés par thèmes (ordre chronologique inverse).

Culture visuelle

Lire la suite...

Que mesure le classement Wikio?

image Comme le mois dernier, Wikio m'a communiqué en avant-première le top 20 d'octobre des blogs scientifiques. Peu de mouvement d'un mois sur l'autre dans ce classement, où l'on retrouve les même vieilles connaissances. On notera cependant la chute de Technologies du Langage, le blog de Jean Véronis, qui trustait la première place depuis son apparition dans le groupe, au profit de La feuille, d'Hubert Guillaud, toujours talonné par ARHV, qui remporte une honorable deuxième place pour son dernier mois plein d'exercice (sa migration sur la nouvelle plate-forme collaborative de recherche Culture Visuelle devrait être effective fin octobre).

Classement Wikio, octobre 2009, catégorie blogs sciences

  1. La feuille
  2. Actualité de la Recherche en Histoire Visuelle
  3. Technologies du Langage
  4. Bibliobsession 2.0
  5. affordance.info
  6. L'Edition électronique ouverte
  7. Baptiste Coulmont
  8. Autour des sciences
  9. Marlene's corner
  10. Tom Roud
  11. Langue sauce piquante
  12. 2009 Année Darwin
  13. Klog
  14. Inclassables Mathématiques
  15. Dr. Goulu
  16. Enro, scientifique et citoyen
  17. XG_BlogNotes
  18. Le Blog d'ABCMaths
  19. Strange Stuff And Funky Things
  20. Vagabondages

Lire la suite...

Vue des cuisines

Deux billets récents sur ARHV ont suscité pas mal de trafic et ont été beaucoup cités, sur des sites de presse en ligne ou sur des médias sociaux. Voici le relevé du top 10 des provenances enregistrées depuis le 15 septembre (sur 22.102 visites identifiées), qui permet de se faire une idée de la hiérarchie de la fréquentation des différents sites, sous réserve des erreurs du compteur.

  • Google.fr ——— 1831 visites
  • Rue89 ——— 458 visites
  • Rezo.net ——— 445 visites
  • Ecrans.fr ——— 362 visites
  • Netvibes ——— 185 visites
  • Google News ——— 234 visites
  • Facebook ——— 169 visites
  • Slate.fr ——— 142 visites
  • Twitter ——— 87 visites
  • Wikio ——— 68 visites

ARHV fait les 3/8 en 2008

Pas d'idée cadeau pour Noël? Pour faire plaisir sans se ruiner, offrez une sélection des billets 2008 d'ARHV!

Les 3 décryptages qu'@si nous envie

Les 3 notes qui en disent long

Les 3 idées à creuser

Lire la suite...

Peut-on parler politique sur un blog scientifique?

image Récemment pris à parti sur ce blog, Claude Askolovitch m'objectait avec raison que mon réquisitoire n'avait guère de rapports avec la recherche en histoire visuelle. La principale caractéristique du blog étant de ne rien interdire, on pourrait balayer cette remarque d'un revers de main. Toutefois, à un moment où Hypothèses.org, la plate forme de carnets scientifiques du CLEO, prend son essor, je voudrais saisir l'occasion de discuter de la cohésion thématique de ces organes. Si l'AERES est encore incapable de prendre en compte leur apport bien réel à la production savante, il est clair qu'ils s'imposent chaque année un peu plus comme un nouvel outil de la recherche. Sans se substituer aux livres ni aux revues, ils proposent une étape supplémentaire de la communication scientifique, que j'ai caractérisé ici par l'expression du "séminaire permanent". Il n'est pas difficile d'apercevoir que, dans un petit nombre d'années, un chercheur sans blog paraîtra aussi incongru qu'un cuisinier sans fourneaux. Il n'est donc pas inutile de s'interroger dès maintenant sur les frontières de l'exercice.

La pratique scientifique est par nature endogène. On y apprend à se défier de l'opinion et à haïr l'amateurisme. La spécialisation y apparaît comme l'arme de destruction massive des savoirs incertains. A cette aune, la question est vite tranchée: tout ce qui distrait de l'aire de la maîtrise doit être rejeté comme participant du vulgaire. Et quelle que soit ma propre pratique, lorsque je me trouve en position d'éditeur, j'ai tendance à suivre la pente. Ayant l'honneur de participer au conseil scientifique d'Hypothèses.org (avec René Audet, Paul Bertrand, Antoine Blanchard, François Briatte, Marin Dacos, Christian Jacob, Claire Lemercier, Pierre Mounier et Jean-Christophe Peyssard), je me montre aussi sourcilleux qu'un reviewer du Oxford Journal of Archaeology, prêt à fermer la porte à tout écart aventureux.

Lire la suite...

On achève bien les sciences de l'information

image Olivier Ertzscheid avait senti le vent du boulet. Dès le 14 octobre, il écrivait: «André semble avoir trouvé le moyen de me passer devant au classement Wikio. Il fait rédiger ses billets par des experts du buzz du moment! L'économie mondiale s'effondre? Paf, il convoque Jacques Sapir qui se fend de deux billets lumineux sur le sujet. Tout le monde parle du jeu/enquête SocioGeek? Paf, c'est l'initiateur dudit jeu, Dominique Cardon himself, qui vient tenir tribune chez André dans un article titré "Pourquoi sommes-nous si impudiques?".»

Ca n'a pas raté. Wikio publie aujourd'hui son classement des blogs scientifiques d'octobre, dans lequel ARHV dépasse Affordance, pour la première fois depuis la création de cette catégorie, en février 2008. Technologies du langage, le blog de Jean Véronis, étant peu ou prou hors concours, autant dire qu'ARHV peut être temporairement considéré comme le plus chic blog savant de France et de Navarre – ce dont je ne suis pas peu fier!

Le poids des billets invités a été très correctement pronostiqué par Olivier: les trois articles de Jacques Sapir et celui de Dominique Cardon composent près d'un quart de la fréquentation du mois d'octobre (18.200 vues sur un total de 76.767, hors moteurs de recherche, soit 23,7%, données Google Analytics). Mais pour compléter son analyse, il faut ajouter que, de septembre à octobre, c'est moins ARHV qui a progressé qu'Affordance qui a reculé (au classement général, ARHV est passé du 61e au 60e rang, alors qu'Affordance perd 14 places, du 53e au 67e rang). On ne s'improvise pas spécialiste en sciences de l'information et je ne suivrai pas Olivier dans la voie de l'interprétation par la critique interne (quoique, on sentait bien une petite baisse de forme...). Cette inversion s'explique plus probablement par l'évolution de l'algorithme de Wikio, que détaille Jean Véronis. C'est en réalité au mois de septembre qu'ARHV a refait l'essentiel de son retard, en regagnant 45 places d'un coup, grâce au nouvel étalonnage des backlinks dans le classement. Affordance, en revanche, a moins bien résisté à la prise en compte des listes fixes de liens, intégrées le mois dernier.

Olivier et moi étant chauds partisans de l'ordre établi, inutile de dire que nous allons tout faire pour que les choses reviennent à leur état normal. De son côté, quelques billets consacrés à Google ou Wikipédia auront vite fait de ramener sa cote à son altitude habituelle. Quant à moi, je m'efforcerai de publier des textes moins pétillants d'intelligence – ce qui n'ira pas tout seul, car il n'est pas facile d'aller contre sa nature. Mais le respect de la hiérarchie, cette sage vertu que nous avons têté en même temps que le lait de l'Alma Mater, mérite bien quelques petits sacrifices.

Un oeil noir te regarde

image La vie est mal faite. Pascal Riché, cofondateur de Rue89, l'un des meilleurs sites de presse alternative, vient de découvrir ARHV, l'un des meilleurs blogs francophones. Manque de chance, c'est pour me reprocher de citer la vidéo "L'Argent-Dette" de Paul Grignon sans m'attarder sur son contenu. Selon Riché, cette vidéo est en effet complotiste et crypto-antisémite.

Je suis honoré d'être cité pour la première fois dans les colonnes de Rue89. J'aurais préféré l'être à l'occasion de l'un ou l'autre des pétillants articles sur les pratiques visuelles qui font la fierté de ce blog. Mais tout le monde ne s'intéresse pas aux images. Parlons donc complot, un sujet plus croustillant d'un point de vue journalistique.

"Le krach du discours, la réponse de la vidéo" fait partie des billets constatifs, "à la Gilles Klein", qui permettait de prendre note dès le 8 octobre de la circulation virale de la vidéo. Me reprocher mon absence de commentaires à propos d'un simple signalement est évidemment un rien cavalier. D'autant qu'en ébauchant la description de cette situation de déséquilibre explicatif, je ne manquais pas de signaler que celle-ci favorisait «la circulation de schémas explicatifs situés très à gauche, issus de la sphère altermondialiste ou des économistes hétérodoxes».

Lire la suite...

Mon rapport annuel sur l'état de Technorati

Avantage incontestable de tenir un blog: celui d'avoir une vue sur les cuisines. Toujours à l'affut du chiffre qui fait boum, les blogs techno reprennent en coeur les évaluations du rapport annuel sur l'état de la blogosphère publié par Technorati, qui semble marquer un tassement: 1,5 millions de billets quotidiens publiés en 2007 contre seulement 900.000 en 2008. Il n'en faut pas plus aux Cassandre du web pour conclure au dégonflage de la bulle...

Sauf que, quand on a un blog, on sait très bien que Technorati n'est plus que l'ombre de lui-même. Ouvert en 2004, le premier moteur de recherche dédié aux blogs, basé sur un système déclaratif, a été une révolution à l'époque où Google ne savait pas encore indexer le web 2.0. Dès le départ, pourtant, son américanocentrisme a nui à son extension. En Europe, son usage est resté des plus limités, laissant la place à d'autres entreprises plus pointues, comme Wikio. Face à cette concurrence ou à celle de Google Blog Search, les sautes d'humeur de Technorati et sa baisse de pertinence depuis un an ont eu des effets mesurables.

Présent sur Technorati depuis 2005 avec 6 blogs déclarés, je n'ai jamais observé que ce moteur était une source de fréquentation intense. En 2007, sur 237.000 visites, seulement 239 provenaient de Technorati, soit 0,1% (données Google Analytics). Mais depuis le 1er janvier 2008, sur 228.000 visites, ce chiffre tombe à 110, c'est à dire environ la moitié – 267 fois moins que le portail Rezo.net (29.353), 24 fois moins qu'Arrêt sur images (2666), 16 fois moins que Wikio (1830), 5 fois moins que le blog Le Monolecte d'Agnès Maillard (513)... Pas brillant pour le soi-disant premier moteur de recherche des blogs. Autre expérience: j'ai pu augmenter de près de 40% mon "autorité" Technorati (le nombre de blogs pointant sur le mien) en prenant la peine d'indiquer manuellement au moteur les billets liés qu'il avait omis de compter. Devant une telle marge d'erreur, j'ai décidé cet été d'abandonner le renvoi au site, qui figurait auparavant dans ma sidebar. Avant de prendre pour argent comptant les chiffres du rapport, encore faut-il se demander si Technorati est encore en état de produire une mesure fiable de "la blogosphère" – ou bien si ce qu'il enregistre n'est pas tout simplement sa propre baisse d'audience.

Why blog?

image Tom Roud m'associe à une chaîne initiée par Enro et Timothée, sur les raisons de tenir un blog en tant que scientifique, dont je reprends l'intitulé canonique. Chargé d'animer récemment une table ronde sur le blogging académique, je me suis servi de cette injonction pour synthétiser en six points mes réflexions, après trois ans de pratique.

1. Du "nous" au "je". J'ai créé ARHV en 2005, dans la foulée de la fondation du Lhivic, comme un support des activités du laboratoire. Appuyé sur mon expérience d'éditeur de revues, mon premier réflexe a été de le concevoir comme un organe collectif. A cette époque, ouvrir un blog sous mon propre nom m'aurait paru bien trop prétentieux et narcissique. C'est l'usage de l'outil – et l'enthousiasme très relatif de mes camarades – qui m'a progressivement appris à me réapproprier cet espace, et à accepter de parler à la première personne. Pur produit des humanités hexagonales, j'avais parfaitement intériorisé la vieille culture de la discrétion et de l'objectivité savante, qui protègent l'individu d'une mise en avant trop manifeste.

Admettre cette exposition en solo m'a demandé un effort qui témoigne à lui seul du poids de cette culture. Outil auto-suffisant grâce auquel le chercheur peut s'adresser par ses propres moyens au monde extérieur, le blog court-circuite l'économie qui fait de l'institution le garant primordial de la légitimité d'une expression (pas complètement, car ARHV garde une trace de ce système: le logo de l'EHESS, qui m'a déjà valu bien des commentaires, et que je conserve désormais avec l'affection d'une relique).

Lire la suite...

Carnaval de la recherche à visage humain

Editeur de Revues.org, Calenda et l'Album des sciences socales, le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) propose sous l'intitulé de "Carnaval des carnets de recherches en sciences humaines et sociales" une sélection régulière des meilleurs blogs. ARHV a l'honneur d'y figurer aux côtés des excellents Langue sauce piquante, La feuille, Affordance.info, Open access blog et Figoblog.

De la part de l'équipe auprès de qui j'ai appris les rudiments du web 2.0, cette mention me fait le plus grand plaisir. Je me souviens encore du jour où, penaud, j'annonçais sur la liste de Revues.org la création de mon premier blog sous Blogger, m'attendant à une volée de bois vert. 700 billets et près de trois ans plus tard, la métamorphose n'est pas encore achevée, mais elle a clairement dépassé le stade de l'irréversibilité. Prolongement idéal du séminaire de recherche, le blog est un merveilleux outil scientifique, une mémoire de travail et un accélérateur de recherches comme je n'en ai jamais eu. Il produit un nouveau point d'équilibre entre la formalisation de la chose publiée et la prise de note, le brouillon ou l'expérience. Il renouvelle la dynamique de l'échange entre pairs grâce au partage sur la place publique. Il développe l'imagination et encourage à tester les limites. Mais ce qu'il apporte, il le fait en douceur, au rythme de chacun, sans obligation, avec beaucoup de tolérance pour les essais et les erreurs. C'est peut-être pour cette raison, parmi toutes les autres, qu'il s'adapte si bien à la pratique de la recherche. Face à d'immenses défis, l'institution savante est soumise à une inflation vertigineuse de ses dispositifs et de ses procédures. Instrument d'une science à visage humain, le blog contribue à rééquilibrer le rapport entre l'institution et le véritable producteur des connaissances: le chercheur. Je suis certain que c'est exactement de cela dont nous avons le plus besoin aujourd'hui.

Dans la peau d'un blog embedded

Trois mois après le lancement du Flipbook, il est temps de dresser un bilan de l'expérience. Sur la suggestion de mes camarades de la rédaction web de 20 Minutes, j'avais créé ce second blog avec l'idée de disposer d'un outil de prise de notes plus souple qu'ARHV, débarrassé notamment des contraintes liées à son branding universitaire. Il s'agissait également d'expérimenter le principe du blog embedded: sachant que 20 Minutes fait partie des sites français les plus consultés, être hébergé sur sa plate-forme devait permettre d'accéder à des audiences supérieures à celles d'ARHV et de se frotter à un lectorat différent.

33 billets et 308 commentaires plus tard, le premier volet de l'expérience n'a été qu'a demi satisfaisant. Malgré certaines ouvertures thématiques, il m'a fallu me rendre à l'évidence: on ne se refait pas. Mon souhait de me livrer à une prise de notes moins structurée (qui était en principe la condition de possibilité pour faire face à la gestion simultanée de deux blogs) n'a pas vraiment fonctionné. Combien de fois, au moment de choisir le support d'un billet, me suis-je dit: ça, c'est pour le Flipbook! Traduction: l'idée à développer présentait a priori un caractère moins élaboré, une réflexion moins aboutie. C'était oublier que la rédaction est précisément un exercice de structuration et d'organisation de la pensée. J'avais beau commencer mon billet sans y voir clair – une ou deux heures plus tard, l'écriture avait débrouillé les fils et livrait un résultat qui n'aurait pas juré parmi les posts du blog concurrent.

Lire la suite...

Un esempio da imitare

Straordinario strumento e punto d'incontro per chi si occupa di immagini visive (fotografia, cinema, audiovisivi) e scienze sociali il sito francese: www.lhivic.org. Costituito da un gruppo di giovani ricercatori condotti da giovani docenti universitari, disponibilissimi, si dimostra un fecondo strumento di incontro, scambio ed opportunità; non solo per le informazioni puntualissime collegate - vi perdere ad esplorare tutti i link - ma per il blog: http://www.arhv.lhivic.org...

Par Annalisa Vio, Pensiero dominante, 18/04/2008.
Lire la suite...

La Lhivicsphère s'agrandit (suite)

image Comme promis, après le démarrage le mois dernier de l'atelier "Etudes visuelles: Problèmes et méthodes", piloté par Gaby David et Audrey Leblanc, le blog L'Atelier du Lhivic essuie les plâtres, permettant aux étudiants du labo de prolonger leurs travaux par un espace d'échanges publics. Merci à Rémy Besson pour ses heures de sommeil en moins, et à vos coms pour encourager les premiers posteurs! Les participants à l'atelier, qui disposent également d'un groupe sur Facebook et d'un autre sur Flickr, n'auront en tous cas plus d'excuse pour manquer une séance: la date de la prochaine réunion est annoncée sur le blog.

Face au développement bienvenu de ces nouvelles ressources, j'ai également concrétisé ma promesse de la création d'un agrégateur des blogs visuels, sous la forme d'un "planet" Histoire visuelle, sous Wordpress (beta version). Cet outil, qui affiche les derniers billets publiés sur les blogs Amateur d'art, ARHV, Arts des nouveaux médias, iPhotocom, L'Atelier du Lhivic, Le Flipbook, Mots d'images, Souris de compactus et ViteVu, peut être consulté comme un site, mais est surtout destiné à fournir un nouveau fil d'abonnement rss, qui permettra de suivre en temps réel les publications de ces organes. Au-delà de l'aspect technique, ce nouvel outil témoigne aussi à sa manière des liens qui se tissent au sein de la blogosphère et des échanges bien réels que cet espace favorise.

Nota bene aux autres auteurs de ma blogroll, notamment Afrique in Visu, Christian Delage, Diplomatie Ouest-indienne, Iconique.net: mon agrégateur a pour l'instant des problèmes pour reconnaître correctement vos flux. Il va falloir regarder sous le capot pour réparer ça.

Le Flipbook, pour feuilleter les images

image "La rumeur et les images". C'était une note jetée l'autre jour sur un post-it (entre "la conventionnalité circonstancielle" et "le spectacle de soi"). Et je ne sais plus du tout ce que je voulais dire par là. Avec un intitulé pareil, inutile de dire que c'est dommage. Voilà exactement pourquoi j'ai accepté la création du Flipbook.

Rappel pour les étourdis: suite à la publication d'un classement des blogs scientifiques par Wikio au début du mois, mes camarades de 20 Minutes.fr (avec qui nous avons travaillé l'an dernier pour le Vidéomètre) m'invitent à ouvrir un second blog sur leur plate-forme. Un second blog? Pourquoi faire? Il s'avère que je viens de consacrer un billet à l'affaire Simone de Beauvoir. Et que j'ai constaté que, pour comprendre la réception de la couverture de l'Obs, il fallait intégrer au schéma la réaction à la diffusion des photos deshabillées de Laure Manaudou et de Valérie Bègue. Mais voilà, pour ces deux cas, j'ai omis de procéder au relevé que j'effectue d'habitude sous la forme d'un billet, et qui me permet de garder la mémoire d'une date, des sources et des rebonds d'un buzz. Plus d'un mois après, retrouver ces traces dans le fouillis du réseau me fait perdre un temps précieux. Or, je sais très bien pourquoi je n'ai pas mentionné ces deux cas. Parce que je vois d'ici la réaction de certains de mes lecteurs, qui froncent déjà le sourcil quand j'évoque Cécilia ou Carla. Et que je n'ai pas envie de passer pour un gros beauf qui collectionne les photos pour camionneurs (ou aviateurs: le point est controversé de savoir laquelle des deux professions a donné son essor à la vogue des pin-up).

Mais il n'y a pas que ma pudibonderie. J'ai créé ARHV comme un blog scientifique. Ce qui, pour certains, est déjà une contradiction dans les termes. Pas besoin d'insister sur mon domaine de recherche, les images, que nombre de mes collègues jugent pas vraiment sérieux. Le travail de négociation sur ce qui peut participer de l'aire légitime du blog est un réglage de chaque jour, qui s'effectue au jugé, sans carte ni boussole. Avec parfois des dérapages ou des erreurs. Mais aussi beaucoup de matière inutilisée, par manque de temps – ce que je me pardonne – ou par manque de courage – ce qui me turlupine.

Voilà pourquoi un second blog me paraît une bonne idée. Comme en atteste son premier billet, consacré comme de juste aux avanies de la nouvelle miss France, celui-ci pourra accueillir des sujets plus légers, des signalements plus rapides et de façon générale tous les objets qui me titillent sans que je sache encore s'ils en valent la peine. Un purgatoire, un sas de décompression. Note toujours, on verra plus tard – telle pourrait être sa devise. Compte tenu de l'environnement 20 Minutes, je crains un peu la teneur des commentaires, mais on verra bien (précision: je ne suis pas responsable des pubs, et bien sûr ce n'est pas payé).

L'intéressant, c'est qu'il suffit de créer l'outil pour constater que ça fonctionne. La théorie de cet essai de pragmatique de la publication est la poursuite du principe même du blog: descendre d'un degré, ou desserrer d'un cran. Tout ce que j'ai observé depuis trois ans me convainc que c'est aujourd'hui la chose la plus utile sinon la plus nécessaire dans le domaine savant.

Edit: bilan de l'expérience au 25/05/2008.