Actualités de la Recherche en histoire visuelle

 

Parodying "October"

Is the influential October magazine, the flagship journal of art theory, a spent force? The editors of the newly released November certainly seem to think so. The 46-page inaugural issue of the parody mag offers a savage send-up of the widely copied, jargon-heavy style of October, via, among other things, contributions from ‘Lukács G. C. Hechnoh’ (an analogue of neo-Marxist critic and frequent Artforum contributor Benjamin H. D. Buchloh), who provides a text sternly condemning "Ikea’s Historic Amnesia", and an essay by ‘Rosamund Kauffmann’ titled "A Picturesque Stroll around Jeff Koons’ Porcelain Pink Panther", employing the fragmentary, French-interspersed style of Rosalind Krauss.

Source: Artnet via The Art History Newsletter, 28/04/2006.
Lire la suite...

Séminaire "Une histoire visuelle de la ville"

Christian Delage (Paris VIII/EHESS), Stéphane Füzesséry (EHESS/Lhivic), Dominique Gauthey (EHESS/Lhivic), Vincent Guigueno (ENPC/LATTS), Philippe Simay (Collège International de Philosophie), Mark Shiel (King’s College).

Du 2 au 4 mai 2006, Ecole nationale des Ponts et Chaussées

Le cinéma — dont l’apparition, à la fin du XIXe siècle, est contemporaine de l’émergence de la métropole moderne — prend aussitôt une place de choix dans l’immense écheveau des représentations de la ville. Cette affinité ne s’explique pas seulement par l’enracinement initial de ses premiers opérateurs et de son public dans la grande ville (Berlin, New York, Lyon): le choix de sujets empruntés aux formes urbaines de la vie moderne trahit aussi la force d’attraction particulière de certains motifs proprement urbains sur les cinéastes — le trafic, l’agitation dans les rues de la grande ville. D’emblée se dessinent ainsi deux des principaux traits propres à la relation ville/cinéma. Le film est urbain: il retranscrit, sous une forme qui lui est propre, le point de vue du citadin, de l’habitant, du passant. La ville est «cinégénique» (comme on dit d’une personne qu’elle est «photogénique»): objet privilégié pour la caméra, elle trouve dans le cinéma un medium particulièrement apte à saisir sa matérialité — sa spatialité comme sa temporalité — et à retranscrire les regards que l’on porte sur elle.

Lire la suite...

Un nouveau site pour Roger-Viollet

image L'agence Roger-Viollet, placée depuis janvier sous la houlette de Nathalie Doury, a inauguré le 15 avril la nouvelle version de son site. Outre une présentation historique des collections et divers dossiers liés à l'actualité, celui-ci offre la possibilité de recherches variées (noir et blanc/couleur, recherche par copyright, tri des résultats, rebondir sur les mots-clés, etc.) sur plus de 270.000 images légendées et indexées, sélectionnées parmi les 8 millions de documents de l'agence. 60.000 d’entre elles proviennent de fonds étrangers partenaires (Alinari, Ullsteinbild, TopFoto, Imagno, UPPA, The Image Works, Bilderwelt, Shaw Family Archives) et offrent un regard complémentaire sur les grands événements des deux derniers siècles. L'ensemble constitue un modèle du genre, unique à l'échelon français, dont le développement se poursuit. Parmi les fonctionnalités actuellement à l'étude, on notera avec intérêt la recherche par reconnaissance de formes, qui devrait être proposée au cours du second semestre 2006.

Le Cauchemar de Darwin et la rumeur

A l'occasion de la projection du documentaire d'Hubert Sauper, Le Cauchemar de Darwin, lundi 24 avril sur Arte, Pierre Assouline fait le point sur son blog, La République des livres, sur la violente polémique qui a accompagné la sortie du DVD, inaugurée par l'article de François Garçon en janvier dernier. Selon Assouline: Ces derniers temps, en réaction à l’agitation suscitée par l’article des Temps modernes, et aux retournements de vestes, l'heure est au contre-contre-emballement, et à l'analyse critique de la rumeur. Mieux que n'importe quel article à thèse, la lecture des commentaires du billet montre que ceux qui n'aiment pas le film de Sauper sont pour la plupart ceux qui ne supportent pas le procès en mauvaise conscience fait à l'Occident. Autrement dit, la discussion ne porte qu'en apparence sur la question du documentaire ou de la fiction. Derrière la façade des arguments cinématographiques se cache l'affrontement brutal des sensibilités politiques et des positions sur le colonialisme. On s'en doutait un peu.

Références:

  • Pierre Assouline, "Fin du cauchemar de Sauper", La République des livres, 21/04/2006.
  • François Garçon, "Le Cauchemar de Darwin, allégorie ou mystification?", Les Temps modernes, n° 635-636, janvier 2006, p. 353-379.

Parution du "Photoreportage d'auteur", de Gaëlle Morel

Les éditions du CNRS annoncent la parution de:
Le Photoreportage d'auteur. L'institution culturelle de la photographie en France depuis les années 1970
Par Gaëlle Morel.

A partir des années 1970, la photographie bénéficie en France de la création d'institutions et d'événements spécifiques, de son intégration et de sa valorisation dans les organismes culturels et d'une légitimation dans le champ du marché de l'art. La reconnaissance du médium s'articule notamment autour de l'acceptation ou du rejet de la photographie de reportage. Cette dynamique permet aux acteurs du milieu photographique d'ériger une nouvelle figure, l'auteur, qui symbolise à terme l'accession à l'identité de créateur et de producteur culturel et justifie la circulation des photographies, des pages de la presse aux cimaises des galeries. Ce processus repose dès lors sur l'acceptation des fonctionnalités du médium, assortie d'une valorisation de la créativité du photographe. Par une approche disciplinaire transversale, cet ouvrage se propose d'intégrer des éléments de compréhension d'ordres historique, juridique, esthétique et culturel.

Lire la suite...

Colloque "Photographie: image ou reproduction?"

Positions critiques concernant la conception positiviste dans l'histoire de la photographie française et allemande.
5-6 mai 2006

Deutsches Forum für Kunstgeschichte/Centre Allemand d'Histoire de l'Art
10, Place des Victoires, 75002 Paris
http://www.dt-forum.org

Lire la suite...

Colloque "Quelle est la place des images en histoire?"

Dans la série des panoramas culturels pilotés par Laurent Gervereau, le Centre d'histoire culturelle des sociétés contemporaines (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), l'INA et l’Institut des images reposent à nouveau la question qui taraude historiens et spécialistes du visuel: "Quelle est la place des images en histoire?"

Les 27 avril (Inathèque, Centre Pierre Sabbagh, 83-85 rue de Patay, 75013 Paris, salle Cognacq-Jay) et 28-29 avril (Agro-ParisTech, 16 rue Claude Bernard, 75005 Paris, amphi Tisserand).
Programme, voir: http://www.chcsc.uvsq.fr/...

Exposition "Modernism: Designing a new world" au V&A

Le Victoria and Albert Museum de Londres a ouvert les portes de son exposition: "Modernism. Designing a new world" (du 6 avril au 27 juillet). Avec un ensemble de 267 pièces issues de près de 80 prêteurs du monde entier, une scénographie particulièrement réussie et un catalogue des plus complets, il s'agit sans conteste d'un des grands rendez-vous de l'année. Coordonnée par Christopher Wilk, conservateur du V&A spécialiste des arts appliqués, cette manifestation propose une vision du modernisme appuyée sur une thèse qui a le mérite de la clarté. Contrairement au cadre traditionnel défini par le critique d'art Clément Greenberg, qui en restreignait l'acception aux beaux-arts et à la littérature, en le caractérisant principalement par ses aspects auto-référentiels, l'exposition suggère de distinguer son principal moteur dans l'alliance des arts et de l'industrie, et le définit par son objectif politico-messianique de l'élaboration de "l'Homme nouveau". Une vision plus conforme à la pédagogie du Bauhaus qu'à la révolte de Dada, où les principaux héros ne sont plus Manet, Cézanne ou Picasso mais Duchamp, Le Corbusier et Rodtchenko.

Lire la suite...

Courbet and the Modern Landscape

Malgré son titre, l’exposition du J. Paul Getty Museum évite à peu près tous les écueils d’un modernisme aujourd’hui bien périmé. Le catalogue, au contraire, s’appuie avec précision et finesse sur l’historiographie récente, plus ouverte au contexte historique et culturel, esthétique et commercial, plus consciente de la complexité du personnage et de l’élaboration des images, qui s’avère moins innocente, instinctive ou naïve qu’elle ne paraît. Courbet fait flèche de tout bois, s’empare très tôt de l’héritage assumé de l’école de Barbizon, regarde Daubigny et même Harpignies, s’approprie jusqu’à l’imagerie touristique.

Compte rendu de: Mary Morton, Charlotte Eyerman, Courbet and the Modern Landscape, Getty Publications, 2006.
Par Stéphane Guéguan, La Tribune de l'art, 07/04/2006.
Lire la suite...

CPE, clap de fin

image Etudiants et personnels de l'EHESS étaient mobilisés depuis plusieurs semaines contre le CPE. Après quelques jours d'une vive tension au sommet de l'Etat, le premier ministre a prononcé ce matin une allocution, annonçant que l’article 8 de la loi "Égalité des chances" va être remplacé par un dispositif en faveur de l’insertion professionnelle des jeunes. Pour les syndicats de salariés et d'étudiants réunis cet après-midi, il s'agit d'une victoire (...) de la mobilisation unie des étudiants, des lycéens, des salariés de toutes générations.

Conference "Heroism and Reportage. Winslow Homer: Poet of the Sea", London

image Monday 10 April - Tuesday 11 April 2006.

This two-day international conference organised by the Courtauld Institute of Art Research Forum in conjunction with the Terra Foundation for American Art coincides with the exhibition Winslow Homer: Poet of the Sea (22 February-21 May 2006) at the Dulwich Picture Gallery, co-organised with the Musée d’Art Américain Giverny and Terra Foundation for American Art. The conference will examine the context of Winslow Homer’s works in relation to the topics of heroism and reportage in the art of the second half of the nineteenth century. It will include a gallery session and a plenary lecture at the Dulwich Picture Gallery.

Lire la suite...

Occupation de l'EHESS: remise en état

image Après une visite méthodique de l'ensemble des locaux du 105, boulevard Raspail, ces derniers jours avec tous les collègues concernés, nous pouvons établir, en fonction de l'inventaire précis en préparation, qu'au-delà des premières impressions de dévastation et malgré le second constat, réconfortant, de la conservation des bibliothèques, heureusement situées pour l'essentiel dans les étages les plus élevés et les moins durablement occupés, le bilan des déprédations est en définitive très lourd, d'abord par la dégradation des murs, ensuite par la destruction systématique de l'ensemble des portes et huisseries, enfin par une très grande quantité de vols informatiques de toutes natures (en dépit des matériels mis à l'abri), le tout élevant la facture, telle que nous l'avons exposée cette semaine à nos tutelles, à 600.000 euros au minimum. A cela s'ajoutent les frais de gardiennage, eux-mêmes considérables, malgré nos efforts pour réduire le plus rapidement possible les effectifs de surveillance. Nos tutelles nous ont garanti un premier soutien, qui est toutefois encore loin de couvrir l'ensemble de ces dépenses.

Lire la suite...

Dernières acquisitions de la vidéothèque de l'EHESS

image La vidéothèque de l'EHESS dispose d'un fonds de plus d'un millier de films documentaires et une centaine de fictions ainsi que d'ouvrages, de revues et catalogues. Ces documents sont consultables sur place en salle 736, 54 bd Raspail, 75006 Paris, les lundi, mardi, mercredi de 14h00 à 18h00, jeudi de 10h00 à 13h00. Responsable: Corinne Raclin, tél.: 01 49 54 23 60.

  • Profils paysans de Raymond Depardon

Ch. I - L'approche, 1998. R. Depardon entreprend un long voyage cinématographique sur dix ans pour suivre l'évolution de la vie agricole en moyenne montagne. Dans ce premier chapitre s'ouvrent les portes de plusieurs exploitations familiales composées de jeunes agriculteurs, de retraités célibataires et de couples modestes, situées dans les régions de Lozère, Haute-Saône, Ardèche et Haute-Loire.
Ch. II - Le quotidien, 2004. Dans ces mêmes régions, nous retrouvons plusieurs familles du monde rural. Le cinéaste est maintenant mieux accepté. Des jeunes s'installent dans ces régions, dans le même temps de nombreuses exploitations se transforment en résidences secondaires.
Les années déclic, 1983. Dispositif original qui juxtapose la voix, le visage de R. Depardon et ses images, une porte d'entrée vers l'autobiographie d'un fils de paysan.

Lire la suite...

A Review of "L'Utopie photographique"

L'Utopie Photographique: Regard sur la collection de la Société française de photographie (cat. exp.), textes de Michel Poivert, André Gunthert, Carole Troufléau, Paris, Le Point du Jour éditeur, 2004.

The Société française de photographie (SFP) was founded in 1854, the second oldest photographic society in the world after the English (later Royal) Photographic society. And, as Michel Poivert tells us in the introductory essay of this catalogue, written to accompany the exhibition at the Maison européenne de la photographie celebrating its 150 years, the SFP was an organization that combined «les principes d'une société savante et les ambitions d'une veritable académie.» These principles and ambitions were put in the service of an utopian vision: «la constitution en une discipline d'une pratique encore anarchique». L’Utopie photographique is a testament to those ambitions and a proof of their achievement.

Lire la suite...

Parution du "Danseur des solitudes", de G. Didi-Huberman

Les éditions de Minuit annoncent la parution de:
Le Danseur des solitudes
Par Georges Didi-Huberman.

Il ne s'agit, dans ce livre, que de regarder et de décrire philosophiquement, autant que faire se peut, un grand danseur de baile jondo, Israel Galvan. Il s'agit de reconnaître dans son art contemporain un art de “naissance de la tragédie“. Il s'agit d'écouter son rythme et de reconnaître dans ses mots - au moins trois d'entre eux: la jondura ou “profondeur“, le rematar ou l'art de “mettre fin“ et le templar, intraduisible - de grands concepts esthétiques que notre esthétique ignore encore.

Quatre chapitres d'un travail en cours sur l'art du cante jondo, le “chant profond“, écrits sous la forme d'un journal, d'octobre 2004 à août 2005.

http://www.leseditionsdeminuit.fr

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 >