Actualités de la Recherche en histoire visuelle

 

Camcorder Brings Zen to the Shoot

Well, this is a little embarrassing. One of the most significant electronics products of the year slipped into the market, became a mega-hit, changed its industry -- and I haven't reviewed it yet. Lately, my guilt has deepened every time someone whips this thing out to show off. "Look what my first grader did with it all by herself," one guy told me. "We're using them in schools to teach narrative structure," said a teacher at a conference. "I bought two of 'em: one for my 80-year-old grandmother," said a neighbor, "and one for my 5-year-old.

Par David Pogue, New York Times, 20/03/2008 (thanks to Gaby David).
Lire la suite... (et ne pas manquer la vidéo!)

La valise mexicaine, une histoire inachevée

Coïncidence? Il y a peu (21 septembre 2007- 6 janvier 2008) à l’International Center of Photography (ICP) de New York, une très vaste exposition était consacrée aux images de la guerre d'Espagne tout particulièrement celles du légendaire Robert Capa et celles aussi de Gerda Taro, sa compagne. Or, au même moment (quasiment) personne ne pouvait imaginer que l’ICP était, depuis la fin du mois de décembre, en possession dans ses sous-sols, de 3500 négatifs et tirages arrivés récemment du Mexique et attribués à Capa, à Gerda Taro, ainsi qu’à David Seymour, qui fut avec Capa et Cartier-Bresson le fondateur de l’agence Magnum (1947). La "très vaste exposition" n’était donc que la portion congrue, la partie émergée d’un iceberg de négatifs inédits des photos des trois grands reporters de guerre.

Par Michel Porcheron, Tlaxcala, 12/02/2008 (via Béat Brüsch).
Lire la suite...

Fleeting Memories

I found Andre Gunthert’s article "Digital Imaging Goes to War: The Abu Ghraib Photographs" particularly interesting. Gunthert examines the phenomenon in which those photographs became “the first digital images to be counted among the most celebrated icons of our time.” Sadly, it took these photos to garner for digital photography a status it previously lacked, thanks mainly to the ease of manipulation.

Art Blog By Bob, 12/02/2008.
Lire la suite...

Les étonnants chiffres de Flickr

image Une équipe française a réalisé durant l’été 2006 une étude statistique sur les usagers et les usages de Flickr. Ils ont récolté et épluché TOUTES les données publiques sur les 4.8 millions d’inscrits au site de partage de photos (groupes, commentaires, favoris, contacts et bien sûr photos). (...) En réalité, aucun usage de Flickr n’est majoritaire. 62% des gens n’ont aucune photo, 65% n’ont aucun contact, 87% n’ont jamais posté de commentaire, 84% n’en ont jamais reçu, 93% n’ont choisi aucun « favori ». 92% ne participent à aucun groupe. Au final, seuls 3% des utilisateurs utilisent TOUTES les fonctionnalités de Flickr.

Par Laurent Suply, 29/02/2008, Suivez le Geek (via Hubert Guillaud).
Lire la suite...

L’incroyable histoire des photos oubliées

le Musée gruérien à Bulle a retrouvé dans ses archives 61 daguerréotypes de Girault de Prangey. Un trésor inestimable, daté des années 1845-1850, qui constitue les premiers témoignages visuels de la Suisse et qui fera cet automne l’objet d’une grande exposition. Cette découverte enthousiasme les historiens d’art et de la photo ancienne, car Girault de Prangey est aujourd’hui une star de la photo du XIXe siècle, dont on ne savait même pas qu’il avait séjourné en Suisse. «C’est extraordinaire, c’est comme si Degas avait peint le Moléson», affirme Christophe Brandt, directeur de l’Institut suisse pour la conservation de la photographie.

Par Xavier Alonso, 24 Heures, 22/02/2008.
Lire la suite...

Le nouveau drapeau du Kosovo: premières diffusions sur Internet

En déclarant l'indépendance ce dimanche 17 février 2008, le gouvernement kosovar a également présenté le nouveau drapeau du Kosovo. Jusque là, la population albanophone du Kosovo se rassemblait derrière le drapeau rouge à aigle bicéphale noir de l'Albanie. Tant que le Kosovo n'était pas indépendant, la chose allait de soi, le drapeau albanais prenant une signification plus ethnique que nationale. Cependant, il était hors de question pour la communauté internationale d'accepter un même drapeau pour deux Etats tant le risque de confusion était grand mais également la crainte de la fondation d'une grande Albanie.

Par Mickaël Wilmart, Paris-Tirana, 20/02/2008.
Lire la suite...

Shoah: pourquoi un nom de cinéma?

«Un lycéen sur deux ignore ce qu'est la Shoah» a affirmé aujourd'hui sur RTL le ministre de l'éducation. Mais qui connait vraiment le sens de ce mot? Le grand écrivain et philologue Henri Meschonnic indiquait en 2005 dans les colonnes du Monde que ce terme, dans la Bible, «désigne une tempête, un orage et les ravages (...) laissés par la tempête dévastatrice». Autrement dit «un phénomène naturel», du même ordre que l'ouragan Katrina. Il rappelle que son usage, en français, s'est imposé à la suite du film éponyme de Claude Lanzmann, en 1985 (tout comme celui du terme "holocaust" en anglais, avait suivi le feuilleton télévisé du même nom, diffusé en 1978).

Selon Meschonnic, l'usage du mot "shoah" pour désigner le génocide «est une pollution de l'esprit». «Tout se passe comme si Claude Lanzmann, l'auteur du film Shoah, identifiait son film à la nomination de l'innommable même, ayant choisi ce nom hébreu, de son propre aveu, parce qu'il ne connaît pas l'hébreu (Libération du 24 janvier 2005) : "J'ai choisi ce nom parce que je ne comprenais pas ce qu'il voulait dire". Où se mêlent l'idée de "destruction" et "aussi bien (celle d')une catastrophe naturelle". D'où est privilégié l'"opaque", renforçant ainsi l'identification entre l'innommable au sens d'une horreur que le langage ne peut pas dire, et l'effet de nom "éponyme", "acte radical de nomination", qu'il s'approprie: "L'auteur de la Shoah, c'est Hitler. Lanzmann, c'est l'auteur de Shoah".»

Je ne suis pas certain que l'usage d'un nom de cinéma soit la meilleure façon de favoriser la compréhension d'un événement. Puisque notre gouvernement sollicite beaucoup la discipline historique, il peut être utile de lui rappeler que le plus grand spécialiste en la matière, Raul Hilberg, avait sobrement intitulé son maître livre: La destruction des Juifs d'Europe (Fayard, 1988). Pour ma part, je continue à utiliser le terme d'"extermination" qu'employaient les historiens avant le film de Lanzmann, qui qualifie avec précision et sans pathos inutile le processus appliqué par le régime nazi, tout en préservant sa dimension spécifique. On voudra bien ne voir dans cette position qu'un témoignage dépourvu de toute intention prescriptive.

Les écrivains sont vos libraires

image On s’est tellement entendu dire, toute cette année, qu’à se mêler de parler des livres on interfère avec le jardin réservé des libraires, que depuis quelque temps je ne parle même plus ici des livres que je reçois ou lis, et c’est sans doute un virage global: côté Internet, on aurait préféré évidemment d’autres modes d’association ou d’invention, mais, après tout, Internet trouve d’abord sa pertinence à ce qui se crée, s’expérimente et se diffuse par Internet même. Il n’a pas vocation de «media», mais est vecteur autonome, qui superpose ses pratiques à celles existantes.

La littérature qui peu à peu y trouve place, ou la critique qui peu à peu s’y établit, est littérature ou critique à part entière, nous pouvons donc très bien nous occuper seulement de ce qui se passe (se publie) en ligne. C’est bien plus dramatique pour les instances critiques traditionnelles, qui s’érodent si vite, ou courent après nos blogs, et encore plus dramatique, je n’arrête pas d’y insister, pour l’université globalement absente du Net, alors que c’est le principal lieu ou lien de travail des étudiants eux-mêmes, y compris dans le rapport avec leurs enseignants.

Par François Bon, Le Tiers Livre, 15/02/2008
Lire la suite...

Mystery Girl in Harajuku

Valentine's day. Et une question: les réseaux sociaux, ces miroirs aux alouettes pour narcisses crédules, sont-ils capables de passer la barrière du vrai réel avec ses auréoles sous les bras? La réponse en images sur Flickr, où l'on découvre toute l'histoire dans les commentaires de la photo de Matt – et le résumé sur Wired (merci à Rémi pour son à-propos).

Obama, un candidat "Africain-Américain"?

Je me trouvais aux États-Unis au début de l’année 2007 quand Barack Obama annonça officiellement à Springfield (Illinois), par une belle et froide journée d’hiver, son entrée dans la course à l’élection présidentielle. C’était le 10 février, et son allocution était retransmise en direct sur CNN. Tout en proclamant la nécessité d’un changement dans la vie politique américaine, le jeune candidat démocrate se plaçait dans la continuité de l’histoire américaine, celle des grandes figures de rassembleurs de la nation comme Abraham Lincoln: In the shadow of the Old State Capitol, where Lincoln once called on a divided house to stand together, where common hopes and common dreams still, I stand before you today to announce my candidacy for President of the United States.

Lire la suite...

Le retour du Vidéomètre

image Pour la dernière ligne droite des municipales, le Vidéomètre et sa vidéocarte sont de retour. Rémi Douine a affiné ses équations, qui permettent désormais une comparaison globale des audiences corrigées des vidéos par rapport au nombre d'habitants. A la différence du vidéomètre des présidentielles, caractérisé par une production très différenciée, l'outil capte en premier lieu la propagande pure et dure. Ce qui n'est pas forcément sans intérêt. Le côté brut de décoffrage, qui nous est habituellement épargné par le filtre des grands médias, dévoile de façon parfois cruelle des vrais bouts de réel. Malgré tous ses efforts, on se rend bien compte que David Martinon (non non), porte-parole de l'Elysée et promis à la mairie de Neuilly, aura du mal à s'imposer (302 vues sur Dailymotion aujourd'hui à 9h45). Il est si mignon, si gentil, si propre sur lui, si mélancolique qu'on se demande bien ce qu'il est venu faire dans cette galère (et accessoirement pourquoi Sarkozy a jeté son dévolu sur un successeur aussi inodore, à l'opposé du style Aldo Maccione qui a fait son succès).

Mais le vidéomètre ne se borne pas à la propagande officielle et a déjà pris dans ses filets quelques exemples de nouvelles formes d'expression politique. En haut du classement, on trouve ainsi la vidéo "Intoxaeschlimann", où Julien Richard, membre de la liste d'opposition socialiste à Asnières, nous convie à un décryptage des clips de campagne du maire sortant, Manuel Aeschlimann. La forme est rudimentaire, ça manque un peu de rythme, mais on comprend bien que l'ambiance locale est à la castagne! Monnaie courante dans les campagnes présidentielles américaines, le principe du contre-débat public fait ses premières armes au sein des municipales françaises. Grâce au vidéomètre, on pourra vérifier ses progrès pendant la campagne.

Réf.: www.videometre.org

Qu’est ce qu’un dispositif?

Dans la photographie publiée par Libération le 25 janvier 2008, à propos d’un événement à la banque Société Générale, considérons la disposition des personnes, du « décor », des appareils (notons que le mot appareil est préféré à dispositif par certains auteurs). Il s’agit ici de journalistes de télévision, intervenant plus ou moins en direct dans les journaux de chaînes d’information telles que i-Télé ou LCI. Le transport effectif sur le lieu (le siège de la Société Générale à la Défense est véritablement en fond, pas en incrustation) est motivé par l’effet de présence et de temps réel propre à souligner l’acuité de l’événement. Il souffle un vent froid sur ce parvis, les reporters relèvent le col de leur manteau, mettent des gants.

Par Jean-Louis Boissier, Arts des nouveaux médias, 25/01/2008.
Lire la suite...

Eclairage sur les nouvelles méthodes bancaires

AU BUREAU DE M, HASSAN COTU
DIRECTEUR BUREAU DE CHANGE
BCB(BANQUE COMERCIALE BURKINA)
OUAGADOUGOU-BURKINA FASO.

Très cher monsieur;

Je suis M.HASSAN COTU Comptable, à la BANQUE COMERCIALE (BURKINA FASO)je viens à vous dans ma recherche privée pour qu'une personne digne de confiance et honorable manipule ces affaires confidentielles qui nécessitent une confiance absolue. Je sollicite beaucoup plus votre confiance dans cette transaction, c'est en vertu de votre nature et ceci étant un SECRET tout à fait CONFIDENTIEL. Bien que je sache qu'une transaction de cette envergure attirera à n'importe qui,appréhension et inquiétude;mais je vous assure que tout ira bien à la fin des jours. Nous avons décidés de vous contacter par votre boîte due à l'urgence de cette transaction. LA PROPOSITION

Lire la suite...

La fin des blogs...

Via Jean-Michel Salaün.

La bibliothèque du Congrès et Flickr: des accès desaxés

image 3000. C'est le nombre de photos que la bibliothèque du Congrès vient de mettre en ligne sur ...Flickr. Oui, oui. Vous avez bien lu. Sur Flickr. Après les ouvrages dans Google Books, les fonds iconographiques des bibliothèques (et non des moindres...) sur Flickr. A méditer d'urgence. Non, la LC (Library of Congress) n'a pas réalisé un site en flash hébergé sur ses serveurs et accessible depuis son propre site. Non elle n'a pas monté son exposition virtuelle. Elle est pourtant des quelques bibliothèques de la planète qui peuvent se permettre ce genre de fantaisie sans rencontrer de blocages financiers majeurs. Mais elle ne l'a pas fait. A la place, elle est allée mettre ses donnés, là ou sont les usagers. Ces mêmes usagers qui quand ils cherchent de l'information ...vont sur Google, qui quand ils cherchent des bouquins ...vont sur Amazon ...et qui quand il veulent voir des photos ...vont sur Flickr.

Par Olivier Ertzscheid, Affordance.info, 20/01/2008.
Lire la suite...

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 >