Actualités de la Recherche en histoire visuelle

 

Parution "Etudes photographiques", n° 20, juin 2007

image Sommaire

  • André Gunthert et Thierry Gervais, "Les images publiques ont une histoire" (éditorial).
  • Stephen Bann, "Entre fac-similé et haute gravure. L'image dans la presse française des années 1830".
  • Pierre-Lin Renié, "De l'imprimerie photographique à la photographie imprimée. Vers une diffusion internationale des images (1850-1880)".
  • Tom Gretton, "Le statut subalterne de la photographie. Etude de la présentation des images dans les hebdomadaires illustrés (Londres, Paris, 1885-1910)".
  • Thierry Gervais, "L’invention du magazine. Mise en page de la photographie dans La Vie au grand air (1898-1914)".
  • Joëlle Beurier, "L’apprentissage de l'événement. Le Miroir et la Grande Guerre".
  • Myriam Chermette, "Le succès par l’image? Heurs et malheurs des politiques éditoriales de la presse quotidienne (1920-1940)".
  • Olivier Lugon, "La photographie des typographes".
  • Vincent Lavoie, "Le mérite photojournalistique: une incertitude critériologique".
  • Gaëlle Morel, "Esthétique de l’auteur. Signes subjectifs ou retrait documentaire?"
  • Clément Chéroux, "Le déjà-vu du 11-Septembre. Essai d'intericonicité".
  • André Gunthert, "L’image parasite. Après le journalisme citoyen".

Notes de lecture
Par François Brunet, Myriam Chermette, Jean-Pierre Criqui, Dominique de Font-Réaulx, Kristen Gresh, Céline Guénot, André Gunthert, Jean Kempf.


A l'occasion de cette publication, la revue Etudes photographiques fête ses dix ans d'existence. Un cocktail est organisé le 18 juin à 18h à l'Institut national d'histoire de l'art, auquel sont conviés tous les lecteurs intéressés (INHA, salle Aby Warburg, 2, rue Vivienne, 75002 Paris).

Compte rendu de "L’image sans qualités", de Paul-Louis Roubert

image Paul-Louis Roubert, L'Image sans qualités. Les beaux-arts et la critique à l'épreuve de la photographie, 1839-1859, Paris, Monum, 2006, 176 p., ill. coul., ind., bibl., chronol., 39 €.

Il faut le dire sans détour: L'Image sans qualités est un grand et beau livre. Un de ceux, trop rares, qui marquent une spécialité. Et pour une fois, commençons par là, l'iconographie est à la hauteur du projet, magnifiquement traitée. Donner une illustration de catalogue à un essai est une idée qu'on avait déjà vu appliquée, mais jamais aux débuts de la photographie. C'est une réussite: on peut parcourir comme une promenade le dialogue des chefs-d'œuvre de la toute première photographie avec les tableaux du romantisme ou du réalisme. On apercevra ainsi maintes surprises, dont les moindres ne sont pas de nous donner à redécouvrir certaines icônes, magnifiées par la qualité de reproduction. On voudrait que tous les livres d'histoire de l'art se présentent désormais ainsi.

Lire la suite...

"Etudes photographiques" fête ses dix ans

Fondée en 1996, la revue Etudes photographiques fêtera ses dix ans à l'occasion de la parution de son n° 20, consacré aux actes du colloque "La trame des images". Avec ce volume, à paraître début juin, la seule revue scientifique francophone consacrée à la photographie devient aussi celle qui aura connu la plus longue durée de vie. Un cocktail est organisé le 18 juin prochain à l'Institut national d'histoire de l'art, suivi d'un dîner auquel sont conviés tous les auteurs et contributeurs de la publication (renseignements auprès de la Société française de photographie).

Parution "History of Photography", summer 2007

"History of Photography", volume 31, n° 2, summer 2007.
Table of Contents:

  • Francois Brunet, "Revisiting the Enigmas of Timothy O’Sullivan: Notes on the William Ashburner Collection of King Survey Photographs at the Bancroft Library".
  • Dana MacFarlane, "'Arresting Strangeness': Walter Benjamin’s Proust and Carlo Naya's Giotto".
  • Nigel Raab, "Visualising Civil Society: The Fireman and the Photographer in Late Imperial Russia, 1900–1914".
  • Robert Dixon, "Spotting the Fake: C. E. W. Bean, Frank Hurley and the making of the 1923 Photographic Record of the War".
  • Brian Stokoe, "Class Tourism and Photography: The Typological Portraits of E. O. Hoppe and J. D. Beresford".
  • Andres Garay and Jorge Latorre, "Martin Chambi: A 'Self-Portrait'".

Reviews by Elizabeth Edwards, Robin Kelsey, Roberta McGrath, Kevin Moore, Guy Thomas.

Source: liste H-Arthist, http://www.arthist.net.

Compte rendu de "Histoire de la Cinémathèque française", de Laurent Mannoni

Laurent Mannoni, Histoire de la Cinémathèque française, Paris, Gallimard, 2006, 507 pages, ill. NB, 42 €.

L’histoire de la Cinémathèque française que nous offre Laurent Mannoni dans cet ouvrage a été longtemps attendue des cinéphiles comme des historiens. Car si les nombreuses péripéties qu’a connu ce haut lieu du cinéma mondial depuis sa création en 1936 ont fait couler beaucoup d’encre, jamais encore un tableau approfondi et véritablement historien n’en avait été dressé. Libéré de la mythologie langloisienne et des règlements de compte (qui font toutefois partie de l’histoire de la Cinémathèque et qu’il parvient à retracer avec clarté et précision), Laurent Mannoni a su s’appuyer sur des archives largement inédites et jusqu’alors très peu exploitées pour retracer l’histoire d’une institution-phare de la culture cinématographique, de ses débuts chaotiques à l’initiative de quelques cinéphiles autodidactes et passionnés, à sa récente installation rue de Bercy par le ministère de la Culture. En six chapitres chronologiques qui en retracent les développements et les déboires, il nous livre une histoire à la fois intime et contextualisée de la Cinémathèque, de ses défenseurs et de ses adversaires. Les grands moments de cette histoire, comme le sauvetage des films pendant l’occupation ou la fameuse "Affaire Langlois" en 1968, retrouvent ainsi leur sens dans une continuité, une vision globale de cette institution qui a longtemps manqué.

Lire la suite...

Compte rendu de "L’image au service de la révolution", de Michel Poivert

Michel Poivert, L’image au service de la révolution. Photographie, surréalisme, politique, Cherbourg, Le Point du Jour, 2006, 128 p, 30 ill., 19 €.

Avec ce livre bref et dense qui rassemble cinq essais publiés au fil des douze dernières années (dont trois dans Études photographiques), auxquels s’ajoute le texte inédit d’une conférence sur "Walter Benjamin et le repère surréaliste", Michel Poivert dresse le bilan de l’un des plus importants chapitres de l’histoire de la culture visuelle moderne. Reconfigurant certains éléments centraux de son champ d’investigation, il ouvre en même temps de nouvelles perspectives à l’étude du surréalisme. Celui-ci, on le sait, n’avait pas pour seule ambition de transformer l’art: c’est la vie elle-même qu’il aspirait à bouleverser de fond en comble. Fol espoir résumé alors sous le mot de "révolution", présent ici dès le titre. Ce serait en effet ne rien comprendre aux plus marquantes des propositions surréalistes, et à leur force de déflagration supérieure, que de ne pas voir qu’elles procédèrent toujours d’un désir de nature politique autant qu’esthétique. L’auteur y insiste d’emblée dans la préface qu’il donne à son recueil, intitulée "L’au-delà de l’usage", où la photographie, par son ancrage à embranchements multiples au sein de la culture et, en un mot, parce qu’elle «n’était pas de l’art» (p. 8), apparaît comme le médium le mieux adapté à incarner cette double dimension. Déplaçant sur le terrain de l’art, à la suite de Dada, des images dont les raisons et les fins lui étaient parfaitement étrangères, les surréalistes firent de la photographie l’instrument d’une conversion du regard qui, dans toute sa portée, constitue sans doute leur legs le plus "révolutionnaire".

Lire la suite...

Parution de "L'image ouverte" par Georges Didi-Huberman

Les éditions Gallimard annoncent la parution de:
L'Image ouverte. Motifs de l'incarnation dans les arts visuels
Par Georges Didi-Huberman.

Ce livre interroge les relations anthropologiques cruciales que les images entretiennent avec le corps et la chair, au-delà des notions usuelles d'anthropomorphisme ou de représentation figurative. Y sont analysées les diverses façons dont les images vivent la chair, que ce soit la chair d'Aphrodite formée de l'écume ou celle du Christ sacrifié sur la croix. Paganisme et christianisme, chacun avec ses propres cadres de pensée, auront, en effet, tous deux cherché à atteindre, voire à transgresser, les limites de l'imitation: là où les métaphores deviennent métamorphoses, là où les signes qui représentent deviennent les symptômes qui incarnent. On découvrira cette puissance extraordinaire des corps lorsqu'en eux la chair vise l'image, par exemple dans la stigmatisation de saint François au XIIIe siècle, les crucifiements des Convulsionnaires de Saint-Médard au XVIIIe siècle ou les "clous" hystériques de la Salpêtrière au XIXe siècle. Une traversée impressionnante d'images qui ne sont pas faites pour décorer, simuler ou consoler, mais pour agir, nous bouleverser et nous donner accès à quelque chose comme une profondeur.

Collection "Le temps des images", 410 p., ill. NB et coul., 35 €.
Nota Bene: billet n° 300.

Parution "Images Re-vues", n°3, décembre 2006

A l'occasion de la parution de son 3e numéro, consacré à Daniel Arasse, la revue d'histoire de l'art en ligne Images re-vues se dote d'une maquette dynamique en PHP, qui permet une meilleure navigation et un affichage accéléré (pensez à mettre à jour les références des articles des deux premiers numéros).

Sommaire

Parution "Ethnologie française", t. XXXVII, n° 1, janvier 2007

Ethnologie française, t. XXXVII, n° 1, janvier-mars 2007.
N° spécial: Arrêt sur images. Photographie et anthropologie.

  • Jean Cuisenier, "Choix et défis en revue" (éditorial)
  • Sylvaine Conord (responsable scientifique), "Usages et fonctions de la photographie en anthropologie"
  • Albert Piette, "Fondements épistémologiques de la photographie"
  • Jean-Charles Depaule, "Un café parisien (Variation sur une photo)"
  • Howard S. Becker, "Les photographies disent-elles la vérité ?"
  • Emmanuel Garrigues, "Un paysan–musicien à Sifnos, Grèce (Variation sur une photo)"
  • François Laplantine, "Penser en images"
  • Sylvie Pedron-Colombani, "Procession Sainte Rita à Paris, mai 2005 (Variation sur une photo)"
  • Sylvain Maresca, "Photographes et ethnologues"
  • Fabienne Duteil-Ogata, "La photo-interview: dialogue avec des Japonais"
  • Christian Papinot, "Le «malentendu productif». Réflexion sur la photographie comme support d’entretien"
  • Valérie Game, "Le droit à l’image"
  • Catherine Rémy, "Ni cliché, ni séquence : s’arrêter sur l’image"
  • Yves Delaporte, "La trace des signes : de la photographie au dessin (Variation sur une photo)"
  • Christine Louveau de la Guigneraye et Jean Arlaud, "De la photo au film: écritures numériques"
  • Patrick Williams, "18e Arrondissement, rue saint-Mathieu (Variation sur une photo)"
  • Luiz Eduardo Robinson Achutti, "Photo-ethnographie. Dans les coulisses de la BNF"
  • VARIA, par Anna Poujeau, Margitta Zimmerman, Anne Cadoret, Jérome Wilgaux, Ronan Le Velly, Yann Raison du Cleuziou.

Diffusion: PUF, 22 €.

Parution "Etudes photographiques", n° 19, décembre 2006

Sommaire

Histoire

  • Claude Estebe, "Les premiers ateliers de photographie japonais, 1859-1872"

La photographie pédagogue

  • Olivier Lugon, "Nouvelle Objectivité, nouvelle pédagogie"
  • Julie Jones, "Un art publicitaire? György Kepes au New Bauhaus, 1937-1943"

Modèles critiques

  • Katia Schneller, "Sous l’emprise de l’Instamatic. Photographie et contre-modernisme dans la pratique artistique de Robert Smithson"
  • Tom Gunning, "La retouche numérique à l'index. Pour une phénoménologie de la photographie"

Document

  • Léon Gimpel, "Mes grands reportages" (éd. critique par Th. Gervais)

Varia

Notes de lecture
G. Morel, Le Photoreportage d’auteur; I. Schaber, Gerda Taro; P. E. Palmquist, e. a., Pioneer Photographers of the Far West; M. Morton, e. a., Courbet and the Modern Landscape; V. Pomarède, e. a., Ingres; John Heartfield. Photomontages politiques; F. Ribemont, e. a., La Photographie pictorialiste en Europe.

Le CNL (n')abandonne (pas) les revues

En guise de voeux de bonne année, le centre national du Livre (CNL) vient de publier ses nouveaux critères d'attribution des aides aux revues. On s'attendait à une douche froide. C'est un plongeon dans des eaux glacées. Le CNL change fondamentalement les règles du jeu – a un point tel qu'on peut se demander si, après le CNRS, il n'a pas lui aussi décidé d'abandonner le secteur des revues à son triste sort.


Edit: L'appréciation ci-dessus vient d'être infirmée, grâce à André Chabin, d'Entrevues: Information prise, il s'agit - en partie - d'une fausse alerte qui résulte d'une erreur dans la mise en ligne des nouvelles dispositions d'aide. La traditionnelle aide au fonctionnement (avec des critères il est vrai plus restrictifs) est bien maintenue (même si elle a été "zappée" malencontreusement du site). L'aide au développement est donc un dispositif nouveau qui s'ajoute à la panoplie des subventions (source: liste revues_shs@cru.fr, 05/01/2007, 11h59). Réjouissons-nous avec lui de ce démenti. Le point de vue développé ci-dessous conserve sa pertinence comme critique du volet de l'aide au développement. Il porte également témoignage de la vigilance - voire de la méfiance - des éditeurs dans un contexte de perte de crédit des pouvoirs publics.


Lire la suite...

La revue "Parachute" doit vivre

image Après trente années d’existence, la direction de la revue Parachute a décidé de mettre fin à ses activités. Nous, soussignés, croyons fermement qu’il faut réagir à cette décision consternante (voir ci-dessous).

Cofondée en 1975 par France Morin et Chantal Pontbriand, la revue Parachute a constitué une tribune bilingue privilégiée pour l’art contemporain. Pendant de nombreuses années, elle a réussi à faire se côtoyer les pratiques locales, nationales et internationales, dans un dialogue unique en son genre. Mettre fin à la revue serait éteindre ces voix, laisser s’effondrer un réseau construit au fil des ans et créer un vide dans le milieu des arts actuels, tant sur la scène locale qu’internationale.

Lire la suite...

Rencontre autour des "Ecrits cinématographiques" de Boleslas Matuszewski

A l’occasion de la parution des Ecrits cinématographiques de Boleslas Matuszewski, édition établie par Magdalena Mazaraki, préface de Roland Cosandey, études de Luce Lebart, Magdalena Mazaraki, Béatrice de Pastre, Paris, AFRHC/Cinémathèque française, 2006, 216 pages, illustré, 17 €, l'Institut polonais de Paris organise une rencontre-projection le mardi 5 décembre à 19h30, 31, rue Jean-Goujon, 75008 Paris (tél. 01 53 90 10).

Présentation de l'ouvrage

Les deux textes de Boleslas Matuszewski: Une nouvelle source de l’histoire et La Photographie animée, publiés en français à Paris en 1898, comptent parmi les ouvrages fondamentaux de l’histoire du cinéma. Etonnamment peu connu, l’ensemble constitue un document exceptionnel sur la réception des "images animées" au cours des toutes premières années de leur diffusion.

Dans Une nouvelle source de l’histoire, l’auteur propose de créer des archives de cinématographie documentaire, alors que la photographie animée, à la même époque, ne connaît qu’une fortune commerciale et distractive. Le programme de Matuszewski est novateur: il envisage non seulement la collecte, mais aussi la production systématique de documents cinématographiques pour l’enrichissement permanent des fonds d’archives.

La Photographie animée, ouvrage inédit, expose en détail le mode de fonctionnement d’un dépôt cinématographique relevant du domaine public, chargé de produire, de conserver et de donner accès à des "épreuves" cinématographiques qui documentent tous les domaines de la vie: la médecine, l’industrie, l’armée, les arts. Le texte dévoile ainsi une approche originale du cinématographe, avec cette volonté de faire de cet appareil le plus efficace et le plus démocratique des moyens de transmission du savoir, afin de contribuer au "progrès" de l’humanité et à la solidarité entre les peuples.

Lire la suite...

Ouverture du site "L'Observatoire critique des ressources en ligne pour l’histoire de l’art et l’archéologie"

image L’équipe de l’Observatoire critique des ressources en ligne pour l’histoire de l’art et l’archéologie est heureuse de vous informer de la mise en ligne de son site: http://www.observatoire-critique.org/

Cette publication se veut un outil de médiation à la disposition des historiens de l’art et des archéologues, étudiants, enseignants, chercheurs pour favoriser l’appropriation critique du web comme environnement scientifique pour la documentation, l’étude et la recherche.

Si internet offre un milieu neuf d’accessibilité à des ressources documentaires de toutes sortes, il peut également être appréhendé comme un laboratoire de nouvelles pratiques. L’innovation prend appui sur l’expérimentation de techniques d’exploitation des documents, et favorise l’échange et le partage, à une échelle transnationale inédite. Ce sont les parti-pris qui animent l’exploration critique du web que nous proposons de construire (cf. Le Projet: www.observatoire-critique.org...).
Un point de vue de départ qui demande à être nourri, interrogé, débattu grâce aux réactions, aux contributions que nous espérons susciter (cf. La Charte et Contacts).

Lire la suite...

Parution de "L'image sans qualités", de Paul-Louis Roubert

image Les éditions du Patrimoine annoncent la parution de L'Image sans qualités. Les beaux-arts et la critique à l'épreuve de la photographie, 1839-1859, par Paul-Louis Roubert.

L’annonce de l’invention de la photographie sous la forme du daguerréotype, en 1839, est un événement capital qui place la société au coeur d’une ère nouvelle pour l’art, dans laquelle une image synonyme de précision, de vérité et d’invulnérabilité met en crise face au public tout un pan de la représentation fondée sur la figuration et l’imitation des formes du visible. Rapidement, des petites scènes de genre, des portraits, produits par des artistes tels que Meissonier jettent le trouble sur l’utilisation d’un outil que la critique n’acceptera jamais mieux que maintenu dans le rôle non pas seulement de la «petite maîtresse» (selon le mot de Baudelaire en 1855), mais aussi dans celui de l’«humble servante» (comme l’écrit Gautier en 1857), celle qui opère en coulisse et n’est jamais visible sur la scène. Durant deux décennies on assiste à des affrontements, des polémiques où sont entraînés critiques et théoriciens – Gautier, Baudelaire, Janin, Delécluze, Töpffer… –, mais aussi peintres et sculpteurs – Ingres, Clésinger, Delacroix, Meissonier, Courbet, Gérôme…

Au-delà de la suspicion entretenue à l’endroit de certaines œuvres présentées au Salon des beaux-arts, se révèle pour la critique d’art la véritable crainte, qui affecte jusqu’à son exercice même, de voir s’imposer auprès des artistes comme de la foule le modèle de création mécanique et automatique véhiculé par le daguerréotype. Ainsi à partir de 1839 se pose la question de l’évaluation d’un art contemporain de la photographie, dans laquelle menace non pas l’assimilation de la photographie à l’art par une élite, mais celle de l’assimilation de l’art à la photographie par le public. Ce livre retrace la naissance d’un affrontement dans lequel une image jugée sans qualités au regard de l’art contraint malgré tout ce dernier à se redéfinir.

Éditions du Patrimoine, 176 pages, 39 €.

< 1 2 3 4 5 6 7 >