• 11h00 - Anaïs Feyeux (Paris 1/Marne-la-Vallée), "Le rôle d'Agfa dans la constitution de structures photographiques en Allemagne de l'Ouest après 1945".

Au sortir de la guerre, l'industrie photographique est dans une position difficile. Les grands groupes ont largement servi le régime national-socialiste et doivent après-guerre opérer un tour de force idéologique à l'échelle nationale et mondiale. De plus, la clientèle amateur sur laquelle reposaient leurs santés économiques et toute la pratique photographique durant le régime nazi, voit ses structures étatiques tomber en désuétude.
Agfa le plus grand groupe allemand, va alors après 1945 adopter une posture qui renouvelle complètement son image. Sous la houlette de Bruno Uhl, il devient le grand mécène du champ photographique en Allemagne de l'Ouest et finance autant les écoles photographiques que la photokina de Cologne, célèbre foire annuelle de l'industrie photographique accompagnée de grandes expositions thématiques.
Pourquoi l'industrie tient-elle à devenir le point névralgique et nécessaire autour duquel s'organise le nouveau champ photographique? En quoi cette volonté est-elle liée aux nouveaux enjeux qui émergent à l'époque?

  • 11h30 - Julie Jones (Paris 1), "L'alliance entre art et commerce aux Etats-Unis dans les années 1930-1950: l'exemple du mécènat de Walter Paepcke (Container Corporation of America)".

Industriel américain issu d'une famille d'origine allemande, Walter Paepcke (1896-1960) s'impose dès les années 1930 en tant que mécène de la culture et de l'art moderne aux Etats-Unis. A la tête de la plus importante compagnie de packaging de l'entre-deux guerres, la Container Corporation of America (C.C.A.), il engage Egbert Jacobson au poste de directeur artistique, qui passe de nombreuses commandes publicitaires à des artistes américains et européens émigrés tels que W. de Kooning, A.M. Cassandre, F. Léger, Man Ray, G. Kepes, H.Bayer ou encore H.Matter. Ces derniers en particulier se démarqueront par un usage régulier et novateur de la photographie dans leur productions. En 1939, Paepcke participe au sauvetage financier du New Bauhaus, dirigé par L. Moholy-Nagy. Son soutien lors des années suivantes, par l'apport de fonds et la promotion de l'école auprès de la Fondation Rockefeller notamment, permettent au Light and Photography Workshop, dirigé par G. Kepes, de bénéficier de subventions nécessaires à son fonctionnement. En 1950, Paepcke fonde l'Aspen Institute of Humanistic Studies, où Ferenc Berko est chargé d'organiser l'année suivante l'Aspen Photography Conference, à l'origine de la création du journal Aperture.

  • 12h00 - Discussion.
  • 14h30 - Giuliano Sergio (université La Sapienza/Chambre du Commerce, Rome) "La chambre de Commerce pour une nouvelle image du territoire: la Nouvelle Foire de Rome".

Les premières hypothèses d'une mission photographique organisée par la Chambre de Commerce de Roma sont nées avec le projet de construire une histoire économique de la ville de Rome à travers les images. Les difficultés pour répertorier les photographies du passé montrent l'importance de réaliser une archive de photographies contemporaines afin de rendre compte des changements socio-économiques d'une ville telle que Rome. Cette exigence a porté la Chambre de Commerce à promouvoir des campagnes photographiques et vidéo en s'adressant à de jeunes artistes dans le but de témoigner les changements urbains actuels. Cette intervention mettra en avant les résultats du premier de ces projets qui a documenté la réalisation de la nouvelle Foire de Rome au sein d'un territoire périphérique de la Capitale, caractérisé par une complexité tant d'un point de vue sociale, environnementale qu'archéologique.

  • 15h00 - Raphaële Bertho (université de Dresde/EPHE), "EAST, des archives à la collection".

Entre 1992 et 2000, l'entreprise allemande VNG (groupe de gaz européen) passe commandes à de grands noms de la photographie issus principalement de l'école de Leipzig afin de documenter les transformations du territoire de l'ex-RDA peu après la chute du mur. "Stand Land Ost" ou "Les archives de la vérité", se situe entre volonté de témoignage historique et constitution d'une collection, cette commande semble paradigmatique des problématiques de la photographie contemporaine. Au fil du projet, le document photographique devient oeuvre d'art, perdant sa valeur d'usage aux yeux du commanditaire pour prendre une valeur économique.

  • 16h00 - Alexander Treitberger (université catholique de Louvain), "Ultra-réalisme et détournement. La photographie dans l'œuvre de Hans Haacke et la question du mécénat".

Depuis les années 1970, Hans Haacke a réalisé de nombreuses œuvres pour dénoncer les connivences entre les milieux artistiques, politiques et économiques. Ainsi, le chocolatier Peter Ludwig et le joaillier et horloger Cartier sont les cibles de quelques-unes de ses œuvres les plus radicales. Partant des œuvres réalisées sur ces deux mécènes, il sera question du rôle et de la fonction de la photographie entre «ultra-réalisme» (Bourdieu) et détournement dans l'exploration rigoureuse que l'artiste mène sur le lien existant entre mécénat et économie.

  • 16h30 - Michel Poivert (Paris1), "Le mécénat et la photographie contemporaine en France: le cas de la banque Neuflize/OBC".

En 2007, la banque Neuflize/OBC a fêté les 10 ans de sa collection consacrée à la photographie contemporaine. La présentation de cette collection permet d'observer l'évolution d'une politique de mécénat très spécialisée, en montrant à travers le rôle de ses acteurs un engagement pour la création contemporaine. Mais l'activité de la banque est en fait celle d'une fondation d'entreprise structurée autour de plusieurs missions qui tentent de combiner le soutien aux institutions, à la recherche ou bien encore à l'édition. Premier bilan décennal donc dans un univers de forte concurrence entre mécènes pour un secteur de la création particulièrement prisé aujourd'hui.

  • 17h30 - Discussion.

Illustration: calotype négatif, coll. Serge Kakou.