Conservatrice générale du patrimoine et directrice de l’Atelier de restauration et de conservation des photographies de la Ville de Paris, Anne Cartier-Bresson s’est entourée d’une équipe de spécialistes aux compétences variées. Trente-trois auteurs internationaux parmi lesquels des restaurateurs, mais également des conservateurs, des historiens et quelques chimistes et physiciens qui se sont partagés la rédaction de 95 notices sur les procédés et 52 sur les usages, les fonctions ou les modifications appliqués aux images. Le premier corpus est réparti en sept grands items, parmi lesquels les positifs directs, la photographie en couleur ou encore les procédés photographiques non argentiques. Cette première partie de l’ouvrage propose de cerner la multiplicité des supports photographiques pour permettre une meilleure analyse de l’objet photographique. Après cette typologie des techniques, une seconde partie propose des axes transversaux dans lesquels les techniques se croisent. Ainsi trouve-t-on des textes consacrés à des notions génériques comme l’agrandissement, la diapositive ou le tirage, puis à des techniques particulières tels le chimigramme, la photomicrographie ou le sténopé et, enfin, à des traitements spécifiques appliqués aux images comme la colorisation, le montage ou la retouche. Une dernière partie rassemble des annexes parmi lesquelles la méthode d’analyse aux rayonnements ultraviolets, connue dans le domaine de la restauration depuis les années 1920, ou encore l’analyse spectrométrique, plus récente, qui produit des résultats à l’interprétation délicate, mais qui peut contribuer à déterminer les "signatures" propres à chaque procédé. Très pratique également pour reconnaître l’effet d’un mauvais lavage ou les méfaits d’insectes affamés, la présentation visuelle des différents types de détérioration des photographies.

Le soin apporté à la reproduction des images par les éditions Marval mérite d’être particulièrement souligné. Chacune des photographies est non seulement reproduite en couleur, mais les reproductions sont fidèles à l’état de conservation des images en 2008. Pour la notice sur le daguerréotype, rédigée par Grant Romer, le portrait de Daguerre par Thiesson est publié en pleine page et plusieurs agrandissements permettent d’apprécier toute l’exactitude du procédé. Pour clore le texte, deux reproductions présentent le célèbre "Cabinet de curiosité": d’un côté, l’image généralement diffusée où se distinguent très clairement les deux angelots, de l’autre, la plaque bleutée du daguerréotype, vierge de toute image, telle qu’elle se consulte aujourd’hui à la Société française de photographie (voir ci-dessus). Autrement dit une iconographie riche et respectueuse des originaux qui soutient des textes précis. Pour toutes ces raisons, le Vocabulaire technique de la photographie constitue sans aucun doute une référence que l’on ne peut que conseiller. Un regret peut-être, la couverture difficilement identifiable et peu séduisante.

Préprint Etudes photographiques, n° 22, octobre 2008 (à paraître).