On tombera immanquablement sur la vidéo de Jey-Jey, déjà culte sur Youtube (plus de 3 millions de vues en 11 mois), également copiée sur Dailymotion. D'où l'on peut tirer plusieurs enseignements. De une, n'en déplaise aux grincheux, Jey-Jey danse comme un dieu et démontre les doigts dans le nez que la tecktonik, c'est vachement bien. Bon, il fatigue un peu sur la fin, pas étonnant à ce rythme.

De deux, le film est un petit bijou de vidéo amateur. Il y a tout. Le type seul dans son garage, tout à son entraînement nocturne. La danse live, genre par excellence des vidéos faites à la main, qui permet d'associer un fond musical à un sujet légitime dans un format de quelques minutes, sans nécessité de montage. Le plan fixe, calé légèrement de travers. Le son direct pourave (alors qu'il serait si facile de le post-monter sur ordinateur). Les parpaings de béton nu, éclairés au néon Philips. La porte coulissante et les rangements en cornières métalliques. Le cablage électrique à vue dans les tubes en plastique Legrand. Sans oublier le clap-stop à la main, à la fin. Un pur délice pour les amateurs éclairés. Et, n'en doutons pas, une vraie image de la vie de banlieue d'aujourd'hui, un témoignage chimiquement pur que l'on regardera dans vingt ou trente ans avec une irrépressible nostalgie.

Enfin, aux métropolitains qui, depuis la campagne présidentielle, ont pris leurs habitudes sur le site frenchy, il est urgent d'adresser ce message: les plates-formes évoluent et Dailymotion a désormais perdu des points face à son concurrent. Fluidité de l'image, vitesse de chargement, qualité de l'interface (avec le bouton "plein écran", bluffant): la comparaison des séquences est clairement en faveur de YouTube. Vous n'avez jamais aimé la déco très années 1970 de Dailymotion? C'est le moment de changer de crèmerie.