Actualités de la Recherche en histoire visuelle

 

Parution de "L'image ouverte" par Georges Didi-Huberman

Les éditions Gallimard annoncent la parution de:
L'Image ouverte. Motifs de l'incarnation dans les arts visuels
Par Georges Didi-Huberman.

Ce livre interroge les relations anthropologiques cruciales que les images entretiennent avec le corps et la chair, au-delà des notions usuelles d'anthropomorphisme ou de représentation figurative. Y sont analysées les diverses façons dont les images vivent la chair, que ce soit la chair d'Aphrodite formée de l'écume ou celle du Christ sacrifié sur la croix. Paganisme et christianisme, chacun avec ses propres cadres de pensée, auront, en effet, tous deux cherché à atteindre, voire à transgresser, les limites de l'imitation: là où les métaphores deviennent métamorphoses, là où les signes qui représentent deviennent les symptômes qui incarnent. On découvrira cette puissance extraordinaire des corps lorsqu'en eux la chair vise l'image, par exemple dans la stigmatisation de saint François au XIIIe siècle, les crucifiements des Convulsionnaires de Saint-Médard au XVIIIe siècle ou les "clous" hystériques de la Salpêtrière au XIXe siècle. Une traversée impressionnante d'images qui ne sont pas faites pour décorer, simuler ou consoler, mais pour agir, nous bouleverser et nous donner accès à quelque chose comme une profondeur.

Collection "Le temps des images", 410 p., ill. NB et coul., 35 €.
Nota Bene: billet n° 300.

Doc Gynéco reçu à Dailymotion

image Loïc Le Meur le prophétisait: le off n'existe plus. Il va falloir apprendre à gérer ses nerfs, en toutes circonstances. Après Ségolène Royal, après Alain Duhamel, l'effet Dailymotion fait une nouvelle victime, cette fois parmi les soutiens revendiqués de Nicolas Sarkozy. Auteur d'un récent Les Grands Esprits se rencontrent. 2007, Sarkozy et moi, une amitié au service de la France (éditions du Rocher), Doc Gynéco est interviewé le 16 février sur Ouï FM. Pour des raisons inexpliquées, le chanteur s'emporte et menace physiquement son interlocuteur, en lui assénant une série d'amabilités qui témoignent que son pseudonyme n'a pas été choisi au hasard (mais dont la verdeur va rendre difficile une reprise télé). Mis en ligne hier par Johann Roques, copié à plusieurs exemplaires, l'enregistrement dépasse déjà les 30.000 vues aujourd'hui à 13h et fait les gorges chaudes de la blogosphère.

Lire la suite...

Le catalogue des films du PCF accessible en ligne

image Le catalogue des films du PCF et du mouvement ouvrier et démocratique, fonds d'archives des années 1920 à nos jours géré par l'association Ciné-archives est accessible sur son site (http://www.cinearchives.org). La consultation des films sur place est gratuite pour les chercheurs.

Contact: Julie Cazenave, Joëlle Malberg, tél: 01 40 40 12 48/50.
Via Marc-François Deligne.

Record d'audience pour Ségolène Royal sur TF1

image Libération.fr, avec sa perspicacité habituelle, pronostiquait dès ce matin: “Il y a fort à parier que les scores de Royal seront plus faibles que ceux de Sarkozy. Pourquoi? Tout simplement à cause des vacances d'hiver: il y a moins de téléspectateurs devant la télé.” Une telle remarque, qui part d'un bon sentiment, illustre la distance entre la perception médiatique et le terrain. Ayant intériorisé la défaveur ontologique de la candidate socialiste (et accessoirement convaincus qu'une majorité de Français virevolte sur les pistes), Garrigos et Roberts tentent d'excuser par avance un score médiocre. Pas de chance, l'audience de l'émission "J'ai une question à vous poser", communiquée par TF1, a battu tous les records: 8,9 millions de téléspectateurs, avec une pointe à 10,6 millions, et 37% de parts de marché (l'émission de Nicolas Sarkozy avait rassemblé 8,2 millions de téléspectateurs avec un pic à 9,7 millions et 33% de pdm). Selon TF1, il s'agit d'un “record d'audience pour une émission politique depuis 15 ans à la télévision”.

Séminaire "De la photographie à l'image numérique" à l'ENS

Séminaire Christian Caujolle, "De la photographie à l'image numérique"
Ecole Normale Supérieure, 45 rue d'Ulm, salle d'Histoire, 2eme étage de l'escalier D.
Chaque mardi, 10h30-12h30, entrée libre.

  • 20 février, Christian Caujolle, autour de la projection de Half Life, de Michael Ackerman.
  • 27 février, Bernard Faucon, pourquoi un photographe abandonne sa pratique, il y a une dizaine d'années; quelles sont ses recherches actuelles, qui utilisent le numérique.
  • 6 mars, Quentin Bajac (CGP), "Une perspective historique, du daguerréotype à l'épreuve numérique".
  • 13 mars, Sébastien Calvet, jeune photographe, qui suit actuellement la campagne de Ségolène Royal pour le journal Libération. Comment un jeune auteur se confronte à la problématique entre information et propagande.
  • 20 mars, Pascal Convert, autour de la mémoire, de l'intégration du document dans la création contemporaine. Comment on passe de la photographie à l'image et de l'image à la sculpture.
  • 27 mars, Georges Didi-Huberman (EHESS), un premier bilan de trois années de recherches sur "la lamentation": "Images de la lamentation, Images lamentables ?"
  • 3 avril, Didier Semin (à confirmer), professeur d'histoire de l'art contemporain à l'Ensba.

Arielle Dombasle‚ le nu‚ le vêtu et la négation de l'âge

On aurait cru le strip-tease bourgeois disparu ou voué aux (mâles) fins de salons professionnels réussis‚ au contentement des touristes venus en cars et des bataillons de grossistes en machines-outils obsolètes. Mais Arielle Dombasle (Paris-Match‚ 8 février) ressuscite le spectacle de "nu artistique" (Barthes) et le requalifie en univers signifiant. En voici les codes investis d'une nouvelle promesse: la transgression de l'âge accompagnée de la négation de ses atteintes.

Par Jean-Yves Ruaux, Seniorscopie.com, 14/02/2007.
Lire la suite...